Rien faire un peu partout

07 janvier 2014

Voyage et KTM

Pendant que je commence a ecrire ces quelque lignes, juste derriere le mur de mon hotel a pokhora, un groupe de nepalais particulierement cheuvelue met beaucoup de volonte pour detruire creep de radiohead, il aura fallut qu'il annonce le nom de la chanson pour aue je reconnaisse son massacre.

J1

J'ai quitte Paris tout a l'heure, traverse les alpes et atterit en plein dans la zone duty free de l'aeroport d'Istanbul. Les boutiques semblent s'etendrerent sur des kilometres, aux plafons immenses et aux couleurs rouge, viollettes et bleu. On vend ici surtout tout les articles d'autodestruction massive, alchool, cigarette, chocolat et parfum.

Je me rends a la porte de mon embarquement et  la place de mon avion il y a une trentaine de serbes, dont le vol qui a ete annule, tente de tous communiquer en meme temps leur mecontentement au pauvre steawart qui vient de leur annoncer la nouvelle. Mon avion quand a lui a ete retarde de 3h, je mange donc un double wooper offert par ma compagnie, une soloperie d'hamburger de la compagnie ... qui va prochqinement faire faillite une seconde fois en france. Je suis en compagnie de Dw. , un suisse allemand au physique elance d'une soixantqine d'annee, qui a vecu 5 annees au nepal et me raconte ses changements tout en buvant 1 litre de cocacola glacee penche sur son journal.

Je retourne ere dans l'aerogare. A chaque nouveau pas, je sents la monotonie parisienne se detacher peu a peu de moi comme des peaux mortes qui tombent et s'echapent pour laisser place a un etre neuf.

Dans l'avion entre Istanbul et KTM je suis assis a cote de Do. un allemand avec qui je m'entends immediatement, une treintaine d'annee, ancien responsable de la commition d'adidasler, on rigole a propos d'un tas de truc dont je me souvient plus du tout. finnalement apres pres de 40h sans dormir (j'ai fais une nuit blanche pour preparer mon sac), je tombe dans un profond sommeil avec comme oreille pour ma tete seulement mon epaule.

J2

Arrivee a KTM, visa, changement de monnaie, baggage, puis je partage un taxi offert par l'hotel que Do. a reserve et qui nous emmene a travers les rues de KTM. J'ai une chambre de president avec un salaire de chomeur. Je depose mes affert puis pars erer dans la ville.

Les gens vivent dehors, il n'y a pas de centre comerciale, de batiement officiel, de zone residenciel. C'est un alignement d'immeuble etroit dont la moitie la construction a ete abandonnee, de bidon ville, de champs et de hangars, qui encadrent les restes d'une route et dont les trotoires ne sont que poussiere et dalles de betons eparses. Le tout repose sur des terrains de motos cross avec des bosses, des tremplins et des virages a 90 degres. Une boutique sur trois est une petite epicerie standart, l'autre repart des motos et la troiseme vend des vetements (qui sont presque tousde lq mqraue northface soit dit en passant). S'il existe un code de la route il doit etre tres court car il doit seulement dire de rouler a gauche et de claxonner tout le temps, il dois surement y avoir une amende si tu oublie de klaxonner pendant 5 minutes.

Quand on regarde la ville, on a le sentiment qu'elle a ete construite avec les restes denotre civilization, comme si elle se trouvait en avvale d'un grand fleuve dans leauel on jeterais tout ce aui ne nous sert plus. Les voitures ont une cinauntaine d'annee, les tele ne sont plus plate, les tuyaux et les sac de ciments semblent etre la matiere premiere de se monde, les vetements n'ont plus rien a voir avec la photo de la page 364 du cathalogue la redoute.

Je prends des bains de foules au point de me noyer. Pendant ma dehambulation j'en profite pour faire faire mon premis de treck, m'acheter une numeros de telephone portable pour 1e50, m'acheter le materiel qui me manque et me reperer dans la ville ainsi que les banques . Ecrit en trois lignes mais fait en 5 heures. Je passes ensuite voir Ja. lancien porteur que ma grand mere avait lorsqu'elle afait le tour des annapurnas trentes ans plus tot. Il est maintenant proprietaire d'une boutique de vetements pour touristes dqns thamel. On s'entend bien et il me propose de visiter avec lui le templus des singes a mon retours de treck ainsi que de manger chez lui.

Rentre a mon hotel mes pense sont un peu sombre. Seul dans machambre d'hotel, ma conscience ne cesse de remuer dans tout les sens mes peurs et mes angoisses de la vie. en un jour j'ai vue tellement de choses differentes pour moi. Ma vie est nee sous une bonne etoile, et pourtant je n'ai pas accepte ce cadeau comme il se doit. "Tout les hommes naissent libres et egaux", cette phrase ne peut pas avoir moins de sens qu'ici. Je prends conscience que notre liberte est si fragile.

Je me couche il est 18h.

J3

Je me reveille a minuit et ilest impossible de me rendormir. Je potasse donc un maximum mon lonely planet et decide d'avancer mon depart pour le lendemain en rainson des risaues de neige qui augmentent avec le temps qui passe. Je croise Do. le matin et me joins a son groupe constitue d'allemands qui visitent la ville avant de faire le treck de l'annapurna base camps. Ils sont 6, surtout des femmes, agees entre 40 et 50 ans, il y en avait une qui doit surement s'appeler petra. Leur guide est tres simpa et meme s'il parle allemand il fait toute les explications en anglais pour que je puisse comprendre.

Posté par Sergeant Motors à 12:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Ecriture et lecteur

Ne soyez choque ni par les fautes d'orthographes ni par le texte. Je suis un con je vous l'accorde, un raciste, peut etre, mechant, surement, mauvais, sans aucun doute, idiot, inevitablement mais soyez tolerant envers l'intolerance.

Posté par Sergeant Motors à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]